Notre blog a aussi la bougeotte, vous pourrez retrouver la totalité des articles et de nouveaux sur notre nouveau blog à cette adresse :
https://blog.kangooroule.fr

Publicités

[Fiesta de la mama] « Quoi ? Encore une écharpe ? »

La fête des mères étant ce week-end, la question sur toutes les bouche de tou(te)s les conjoint(e)s de la planète est :

« Qu’est-ce que tu veux pour la fête des mères ? ».

Ce dialogue pourrait se passer dans n’importe quel foyer ayant un bébé en son sein :

 

  • « Oh ben une nouvelle écharpe ! La jolie là, avec un dégradé de couleur, avec du lin et du poil de fesses de mamouth, aaaaah ouiiii elle est tellement jolie et je pourrais faire de jolis selfiiiiies ». (Situation vécue, bon sauf que moi j’ai demandé la basic de JPMBB, orange flashy ❤ et que j’ai fais des selfies :p).
  • « Oh mais non pas ENCORE une écharpe ! Tu en as plein ! Trouves autre chose ».
  • « ….. ».
  • « Quoi ? ».
  • « Ben j’ai pas d »idée ».

Et heureusement, je suis là ! Voici mon top 10 des super cadeaux à trouver chez Kangooroule, pour un cadeau réussi !

kangooroule-maj2017
On ne livre pas à dos de camping-car, mais presque ^^

 

Tatatatiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin !!!

Numéro 1 : Un ensemble de savon Cupcakes et Shampoing solide des Savons de Brocéliande

Des savons certifiés vegans, des odeurs variées et douces, un packaging éthique et écologique et des formes esthétiques et rigolotes, le cadeau parfait des mamans qui n’ont pas le temps de prendre une douche par jour (et du coup pensez à lui offrir un carnet de coupons « Je m’occupe des enfants pendant 20 minutes pour que tu ais le temps de te savonner avec les beaux savons que je t’ai offert, enfin de la part de notre enfant, enfin voilà quoi »).

princesse

 

Numéro 2 : Un LennyHood (qu’est-ce qu’elle dit la dame ?)

C’est une jolie écharpe avec une capuche intégrée (une écharpe 2.0 en somme), doublée en coton (donc pas trop chaude), mais enveloppante (en même temps ça caille un peu en ce moment). Si en plus elle aime les motifs des écharpes Lennylamb c’est carton plein !

LRM_EXPORT_20180213_145528-01

Numéro 3 : Un sac pour y fourrer son écharpe favorite (« tu as vu chérie, je t’ai écouté, tu as dis le mot « écharpe »).

Différentes tailles, avec des poches ou non, à lanières, sac banane, divers motifs tous plus beaux les uns que les autres, le cadeau coup de coeur !

30232478_1887308224654740_688157054_o
Ici le sac banane « large » de Lennylamb

Numéro 4 : Un beau livre de coloriages de l’autrice Gayelle, sur les thèmes de la maternité, le portage, l’allaitement et la parentalité. N’oubliez pas les crayons qui vont avec 😉

25130044_10210902514334492_2114506720_o

Numéro 5 : Un soin Néobulle, ce qui est génial c’est que la plupart sont dosés pour les bébés/enfants, donc si elle allaite/est sensible aux huiles essentielles, ce sera adapté 🙂

-kunden-homepages-46-d673392593-htdocs-doli-documents-produit-COF-ICP-4-1_241

Numéro 6 : Un Zoli chapeau ! Parce que bon, hein, un jour il fera chaud, et ce jour là elle sera heureuse de pouvoir se couvrir avec classe et d’être assortie à son bébé 🙂

chapeau-soleil-fille-femme2

Numéro 7 : Un coussin moelleux de chez Lennylamb, comme ça elle pourra lézarder au soleil, en coloriant son album de Gayelle et en vous regardant faire le ménage :p

Numéro 8 : Un lange ! A la base plutôt pour éponger les litres de bavouille de bébé, le lange fera un beau foulard, très doux et très stylé pour votre bien-aimé(e).

Numéro 9 : Une gourde ! Et oui, c’est bien connu, on a toujours soif ! Les Gobis, en plastique sans BPA, fabriquées en France, satisferont les plus écolos !

20170920_182531-01

Numéro 10 : Une écharpe de portage. Oui je sais, j’ai dis que j’allais vous donner des idées, mais quelque fois il faut écouter son/sa partenaire et lui prendre ce qu’il/elle souhaite, parce que finalement, on a jamais trop d’écharpes, non ? (En plus certaines sont en promos, je dis ça, je dis rien :p).

P1000572

Alors, vous avez trouvé votre/son bonheur ? Dites-nous tout ^^

 

Julie


Rangez vos commentaires assassins et vos remarques désagréables, je n’en pense évidemment que du bien 🙂

Mais je me sens d’humeur joueuse aujourd’hui, j’ai donc envie de discuter de sécurité routière quand on voyage en camping-car, avec 2 enfants en bas âge.

Je souhaite aussi mettre les choses au point une bonne fois, car je n’ai plus envie de marcher sur des œufs. Car oui, il m’est arrivé de me faire agresser à grands coups de hashtags #teamsécurange dès que sur une photo on pouvait deviner un bout de siège auto.

Une chose tout d’abord, oui nous connaissons et nous conseillons Sécurange à tous ceux qui souhaitent connaître les crash tests des sièges autos et ainsi pouvoir choisir celui de votre bébé/enfant avec les meilleures informations.

Ensuite, nous sommes des parents très très inquiets de la sécurité de nos filles, vous n’avez donc aucunement besoin de vous en préoccuper pour nous. C’est drôlement sympa de ma part hein, allez on se détend la moule.

Dans un monde parfait, chacun a 500€ à mettre dans un siège auto et en plus ce serait remboursé par la sécu, mais nan hein, le magasin ne prend pas la carte vitale, on a essayé…

Dans ce monde là, les vendeurs/euses sont tous formés aux lois sur la sécurité routière, on irait les yeux fermés y faire notre achat. Vous l’aurez deviné chers lecteurs, nous en avons fait les frais.

On nous a dit qu’étant souvent sur la route, nous devrions avoir des sièges encore meilleurs que ceux qui roulent moins.

C’est faux, c’est valable pour tout le monde, surtout que l’on sait que les accidents arrivent plus souvent sur des petits trajets connus. Je ne cherche pas à noyer le poisson, ce n’est pas mon genre.

J’ai aussi pu lire qu’en partageant des morceaux de vie sur le net, on devait s’attendre à des critiques.

Faux encore, vous aimez lire les tranches de vies de blogueuses, de voyageurs autour du monde ? Saviez-vous que ce sont des gens normaux avec un petit coeur tout mou ? Qui peuvent pleurer derrière leur écran parce que votre remarque blessante les a fort touché ? Surtout quand on parle de parentalité. Je suis la première à défendre le libre arbitre parental, n’enlevez pas l’opinion critique des parents, ou nous allons vers une génération de robots qui ne sait rien s’il ne l’a pas googelisé avant.

Une notion importante est aussi – me semble t’il – surtout lorsque nous roulons plusieurs heures, c’est la notion de bien être.

Chez nous, les sièges autos bougent beaucoup, car nous nous adaptons à nos filles. Mal du transport, bébé qui hurle car elle veut sa maman près d’elle, 2 soeurs qui veulent être ensemble. Chaque situation se réfléchi, le pour et le contre est posé, car nous sommes soucieux de leur bien être.

Rien n’est tout blanc ou tout noir, les blogueurs qui partagent leur vie sont des gens qui réfléchissent.

Regardez, moi par exemple, je mange mon bol de neurones avec mon lait de riz tous les matins ! Bon par contre, ça ne me protège pas des attaques désagréables 😉

Alors pensez à nos petits cœurs tous mous, si vous avez une remarque à nous faire, nos mp seront toujours ouverts, le dialogue on aime ça mais pas les critiques non constructives.

Ps : il ne s’est rien passé dernièrement rassurez-vous 😉

Julie

Site de l’Association Sécurange : https://www.securange.fr

Le groupe facebook pour y demander conseil : https://www.facebook.com/groups/securange/

S’il y a bien une journée où je me refuse de me coucher triste, c’est bien celle là.

Je me souviens comme si c’était hier, j’habitais en Essonne à ce moment là et je pataugeais pas mal dans ma vie.

Je m’étais inscrite à une formation sur le ménage, suite à cela j’allais pouvoir faire des ménages chez des particuliers.

La matinée a consisté à découvrir des produits ménagers, je me demandais ce que je faisais là, j’avais des rêves plein la tête mais je ne savais pas comment les réaliser.

Et à la pause de midi je suis partie, et je n’y suis pas retournée l’après-midi.

Ça peut paraître anodin, mais ce que vous ne savez pas, c’est que cette formation était rémunérée.

Ce jour-là, c’était il y a exactement 8 ou 9 ans, le même jour qu’aujourd’hui, le jour de mon anniversaire.

Ce vent de liberté que j’ai ressenti en prenant le bus pour rentrer chez moi, cette transgression, moi qui suit toujours scrupuleusement les règles, était grisante.

Je n’ai eu de cesse de la rechercher, depuis ce jour là, cette adrénaline, celle qui fait dire dans un coin de notre tête « je fais le choix, je décide ! ».

Mais je me suis rendue compte qu’il était plus facile de le faire quand la situation dans laquelle nous sommes est inconfortable.

Car oui, pour la plupart aujourd’hui nous vivons une vie « pas si mal que ça », pas géniale non plus, ni grisante ni passionnante, mais vivable.

Il faudrait que la situation devienne très inconfortable, que la journée soit trop importante pour laisser passer ça, pour que nous ayons la force de bouger des montagnes.

Si j’écris ces quelques lignes, ce n’est pas pour faire la moral, je cherche une motivation que je n’ai plus, car je suis comme la grenouille dans une casserole d’eau qui chauffe peu à peu. Je m’accommode et quand cela devient trop difficile, je n’ai plus l’énergie pour sauter.

Je ne cherche pas non plus à me faire plaindre, mais plutôt à créer une motivation collective, celle qui transcende tout.

Ensemble, vivons nos rêves et n’ayons de cesse de chercher le bonheur et la liberté.

Alors, vous faites quoi aujourd’hui pour vivre vos rêves ?

30768837_1887308237988072_1477428681_o
Le beau Carangue Lune

S’il y a une visite incontournable à faire en Charente Maritime, c’est bien celle de l’Aquarium de La Rochelle.

Située à 1h30 de Poitiers et de Nantes ainsi qu’à 2h de Bordeaux, La Rochelle est une ville portuaire riche de son patrimoine et de son tourisme maritime.

Son Aquarium, construit dans les années 70 par René Coutant, passionné du monde sous-marin, est aujourd’hui le premier site touristique du département (rien que ça), avec 800 000 visiteurs par an.

René Coutant ouvre d’abord un aquarium de 250m2 dans le quartier de la Ville en bois, et au fil des années, passe le relais à ses enfants, Roselyne et Pascal.

Ils vont ensuite ouvrir le plus grand Aquarium de France, 1600m2 de surface et 550 000 litres d’eau de mer, en 1988. Et c’est en 2001 que l’Aquarium que nous visitons aujourd’hui est inauguré, 8 414m2 de terrain de jeux pour passionnés du monde marin et 3 000 000 litres d’eau de mer pour accueillir tout ce petit monde.

Au fil du temps, des nouveautés apparaissent, la salle Estran (à l’entrée) en 2012 et la salle des Lumières en 2016, l’Aquarium de la Rochelle se réinvente pour faire plaisir aux petits et grands.

30233034_1887308187988077_1864330823_o

Labellisé Qualité Tourisme et Tourisme et Handicap, le site a aussi été récompensé par l’Attestation d’Excellence de TripAdvisor en 2017.

L’endroit fait aussi partie du parcours de la Vélodyssée, un circuit à vélo de 1250 km, entre Roscoff et Hendaye (un projet qui nous plairait bien à faire en famille !).

Bon, ça c’est la présentation officielle, mais quand est-il vraiment, de cette visite de l’Aquarium ?

30849503_1887308254654737_405895165_o

Petit détail qui a son importance, nous avons acheté nos billets sur le net (Tarifs), le billet complet permet d’avoir un audioguide, nous avons pu faire la visite en autonomie, à notre rythme. Cela a surtout plu à notre grande fille de 4 ans et demi, la petite tortue qui lui racontait des choses dans son casque a permis de rendre la visite bien plus interactive, surtout quand on ne sait pas lire.

30550790_1887367451315484_1001756613_o

Vous voulez en savoir plus ? C’est parti !

Dès la début de la visite, nous entrons directement dans le vif du sujet grâce à une lourde porte de sous-marin, qui s’ouvre pour nous laisser entrer. Un tunnel sous l’eau, parsemé de petites bulles nous accueille, ça y est, nous y sommes pour de vrai !

L’ambiance est sombre, bleutée, un havre de paix pour poissons de toutes sortes. Plusieurs bassins s’offrent devant nous, nous commençons par l’espace Estran et nous laissons guider par la voix dans l’audioguide qui nous parle de ces poissons rigolos (les turbot) qui se camouflent, tel du sable ou des pierres.

30232112_1887308131321416_1672236109_o

Enorha écoute la petite tortue, elle semble très emballée et en prend « plein la vue ». Azilis n’a pas voulu rester sur mon dos, il faut dire que cette foule de personnes venues comme nous admirer ces jolis tableaux aquatiques, armés de leurs smartphones, sont plutôt nombreux et c’est impressionnant.

Me voilà sans mon audioguide, mon bébé voulait pianoter dessus, ce qui n’est pas vraiment pratique si on veut suivre ce qui s’y dit. Mais pas de souci, les panneaux lumineux me donnent plein d’explications intéressantes et il y a tellement à voir !

30550920_1887308091321420_1283434253_o
Les hippocampes mouchetés

Nous sortons de l’Estran, pour voyager tour à tour dans l’Atlantique et la Méditerranée. L’Espace des méduses attire beaucoup de monde, je dois « prendre mon ticket » pour avoir la chance d’admirer leur valse incessante (« Oh c’est rigolo, elles nagent à l’envers ! ») et regarder les méduses Constellées, toutes petites et mignonnes, enfin de loin quand même.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les tableaux se succèdent, on découvre que certains poissons ou crustacés peuvent tout à fait vivre côte à côte, dans le même aquarium, car ils leurs sont utiles par exemple, une belle leçon de vivre ensemble 🙂

J’aime l’esthétique des différents espaces, les coraux des espaces Caraïbe et Indo-Pacifique, de mille couleurs me font rêver de voyages lointains, ainsi que ces poissons aux coloris si vifs, comme le Gramma Royal ou les différents chirurgiens.

30771583_1887308047988091_1801800698_o

Des endroits sont pensés pour les enfants, comme des passages que seuls eux peuvent prendre, pour observer les animaux aquatiques de l’autre côté du bassin.

L’aquarium des requins est je crois celui qui m’a le plus plu, cette ambiance, cette musique, cette couleur et cette luminosité. On en ressort changés c’est certain, surtout que les requins, passent tous près devant nos yeux, je redeviens alors une enfant et je scrute comme les autres, le moment où je pourrais immortaliser son regard.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons pu observer la pieuvre changer de couleur selon son environnement, voir les anguilles et la Raie Pastenague Américaine nous faire un petit coucou. Nous avons beaucoup appris, la visite qui a duré presque 3h nous a paru beaucoup plus courte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La visite se termine par l’Espace de la Forêt Tropicale, un pont suspendu où les adultes s’amusent à faire sauter les enfants, au dessus des Piranhas à ventres rouges qui nous surveillent d’un œil vif. On peut y découvrir la flore et la faune de la jungle, au son d’une cascade où l’on irait bien se baigner, tant l’air y est lourd.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Aquarium nous a charmé de ses beautés, les tortues nous ont rappelé qu’il était vitale de les protéger (tous) et que la compréhension passe par la connaissance et le partage.

30547176_1887350537983842_1440368912_o

Le portage fut encore un merveilleux atout (ainsi que ma super banane ^^), pouvoir faire la visite à hauteur d’adulte pour les enfants et être libre de nos mouvements pour nous, un outil indispensable ! (à quand un service de location de porte-bébés ? :)).

30232478_1887308224654740_688157054_o

Une visite qui fait du bien, qui ressource et qui nous a beaucoup enseigné, merci l’Aquarium de La Rochelle, nous reviendront, c’est sûr 🙂 Surtout pour revoir le poisson trompette !

Vous voulez en savoir plus sur le rôle de conservation de l’Aquarium ? Préparer votre visite ? C’est Ici 🙂

Je vous laisse avec quelques photos supplémentaires 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

30546076_1884318278287068_917010323_o

Je suis allée faire des courses.

Seule.

Enfin non, avec ma plus petite qui a un an.

Finir ses courses, en sueur, un bébé sur le dos qui signe « tétééééée », un sac sur chaque épaule, rempli de conserves et autres bouteilles de jus d’orange.

J’ai finis par abdiquer, je l’ai passé devant moi, mon Ptitsy noué en hanche à boucle, open nichon pour le bébé.

Je suis arrivée à la caisse, moite, en ayant mal partout (ça mérite un massage ça, non ?). La dame à la caisse ébahie, me dit que je suis drôlement balèze (Ah on m’a vu ? Zut j’avais cru être discrète), elle me parle de son écharpe de portage qu’elle n’a jamais trouvé pratique, je fais l’article du mei tai (héhé).

Je retourne dans la voiture, branche mon téléphone et lance le gps (oui je ne sais toujours pas rentrer chez moi sans).

Je suis motivée ! Cette fois il ne me perdra pas !

Azilis pleure, elle voudrait que je lui laisse la petite bouteille d’eau ouverte.

Je ne suis pas chaude… je tente de la consoler tout en conduisant (prudemment ça va de soit).

30232516_1884334411618788_1138026166_o

Une faille kilométro- temporelle se forme, je rentre dedans, je ne suis plus sur le bon chemin (encore ??).

Je me lance sur les petites routes, je roule à 40km/h, l’air sent bon, je roule si lentement que je peux regarder les fleurs sur le bas côté.

Je reconnais cette route, je l’ai prise ce soir du 9 mars 2017, mon papa en voiture devant, nous en camping car.

Cette fois il n’y a pas de brouillard, mon bébé n’est plus dans mon ventre, il est avec moi. D’ailleurs sa tête dodeline et ses paupières clignotent. Ça sent le dodo intempestif.

Je me réconcilie peu à peu avec cette route, qui m’a causé tant de douleur (ce n’est pas de la douleur, ce ne sont que des sensations, ou presque). Je m’y sens bien, je me dis que je ne suis finalement plus si pressée de rentrer chez moi.

Je pourrais me poser, sous cette éolienne, il fait beau et l’air est chaud. Les fleurs sont belles et mon bébé dort.

Se perdre ne l’est finalement pas tant que ça, quand on sait voir l’opportunité qui s’y cache.

Je suis rentrée, elle dort, je savoure le silence (enfin si on oublie les milliers d’oiseaux bien entendu).

Bon mais sinon, qu’est-ce qu’on mange ?

 

Mon bébé a du mal à se rendormir.

Ce soir, comme tous les soirs, pendant que Ronan accompagne notre grande vers le sommeil, j’endors la plus petite au sein, assise bien confortablement dans le fauteuil du salon.

Elle déploie des trésors d’énergie pour ne pas dormir, elle me rappelle sa soeur et je me rappelle que « quand c’est pas l’heure, c’est pas l’heure ».

Alors je patiente, les tétées se font de plus en plus accrobatiques, mais on aime ça toutes les deux, ce doux moment du soir, partagé ensemble.

Nous avons déjà essayé de les coucher ensemble. Grosse grosse plantade, éclats de rires, grosse marave d’être toutes les deux. Mais du dodo, que nenni !

Ce soir, mon bébé a du mal à se rendormir.

Elle tourne, inlasablement dans le lit. Tantôt vers le mur, tantôt vers moi, pour me dérober un tétouillage rapidos. Mais pas de dodo.

Je le sens bien qu’en ce moment, quelque chose est différent.

Le portage est différent aussi, il se fait plus protection, pour se blottir contre moi si un visage inconnu s’approche trop près.

Elle grandie ma belette, elle s’ouvre au monde ma toute petite, plus si petite.

Ce soir, j’ai du mal à m’endormir, les journées passent si vite, le temps nous file entre les doigts.

Je voudrais, comme pour la toute première nuit à la maternité, la regarder dormir, toute la nuit.

Mais demain il faudra se lever et il ne sera pas question de se rendormir, alors, bonne nuit 😉

Tout le monde ne le sait peut être pas encore, mais nous avons fait le choix d’instruire à la maison nos 2 petites filles (et nous nous instruisons en même temps, double bénéfice).

Bon, une des deux n’a qu’un an, pour le moment elle regarde juste sa grande sœur, en mordillant soigneusement les figurines des alphas en plastique, le savoir peut entrer de façons différentes après tout 🙂

27267505_1800649286653968_980882140_o

Ce choix est le fruit de longues réflexions, commencées bien avant ma première grossesse, j’étais alors animatrices vacataire et j’ai pu me rendre compte que l’école – telle qu’elle est aujourd’hui, avec les moyens qui lui sont donnés – ne correspondait pas à mes attentes.

Bien entendu, chacun fait ses choix, le mien n’est pas meilleur qu’un autre, il me correspond tout simplement (je sais que je touche un sujet sensible, rangez vos tomates pourries).

En couple avec Ronan, nous en avons beaucoup discuté et nous sommes tombés d’accord (de toutes façons j’ai toujours raison, n’est-ce pas ?), nos enfants seraient instruits à la maison. Poil au menton.

Commencer l’ief sur la route du voyage est un de mes meilleurs souvenirs, apprendre partout, quand on en a envie, avec cette multitude de thématiques qui se déroulaient devant nous.

P1020101

Maintenant que nous sommes sédentaires (plus pour longtemps je l’espère), nous avons investi dans du matériel pédagogique – comme la mallette des alphas par exemple – que nous laissons en libre service, plutôt dans la mouvance de l’unschooling.

Et alors là, un problème s’impose, le prix ! Car oui, je voudrais tout acheter, mais notre budget ne suit pas, alors je pique des idées, ici et là, pour enrichir notre matériel, à petit prix.

C’est comme ça que je me suis lancée dans la fabrication de fiches d’écriture (ce que nous demande Enorha en ce moment), mais effaçables, car je n’ai pas envie de voir les feuilles s’amonceler et ne plus savoir quoi en faire (par souci écologique et minimaliste).

Vous aurez donc besoin de :

  • papier
  • règle
  • crayons de bois et stylo bille
  • feutres de couleurs
  • feutres effaçables (de tableau blanc)
  • plastifieuse
  • consommables
  • vos 10 doigts
  • un soupçon d’imagination

Étape 1 ) On choisi les mots à écrire, je suis partie sur le thème de Pâques.

Étape 2 ) Tracer des traits, ça évite de faire comme moi et d’écrire les lettres de plus en plus gros.

Étape 3 ) Écrire les mots choisis en pointillés.

Étape 4 ) Souffler sur ses doigts, parce qu’on a plus l’habitude d’écrire avec un crayon, sur une vrai feuille non virtuelle.

Étape 5 ) Faire un « joli » dessin en lien avec le thème. Je ne me suis pas risquée à faire un lapin, j’aurais trop peur qu’elle fasse des cauchemars.

Étape 6 ) Plastifier la feuille, en veillant à ce qu’elle soit le plus lisse possible.

Étape 7 ) Prendre le feutre effaçable, tester soit-même, voir qu’on sait encore écrire, être rassurée, faire une petite fleur parce qu’on est contente de soit.

Étape 8 ) Donner le tout à son enfant. Faire la danse du ventre de contentement.

CONSEIL : (en gros parce que super important, ok ?) Essuyez assez vite après que votre enfant ai écrit (non pas juste après, laissez votre enfant écrire un peu quand même), sinon ça s’essuie mal 🙂

Je pense que je vais lui en faire d’autres, c’est ludique et elle fait beaucoup de progrès d’une fois sur l’autre ❤

N’hésitez pas à me montrer les vôtres (de fiches voyons, à quoi pensiez-vous donc ?) !

27267366_1800649346653962_760756573_o

2018, que nous réserves-tu ? (Chapeau pointu turlututu)

J’avoue, je vous avais un peu laissé sur votre faim, en 2017. Je partageais des photos de yourtes et vous disais que du renouveau allait arriver.

On ne s’en rend pas compte, quand on a pas la truffe dedans, mais la vie d’entrepreneurs est faites de hauts et de nombreux bas, je dirais même plus, de hauts très hauts et de bas très bas !

On nous l’avait annoncé, 2017, la 3ème année de notre petite entreprise, allait être difficile, il allait falloir faire du chiffre, juste pour payer une très grosse régularisation de cotisations sociales (on y est jamais vraiment bien préparé) et serrer les fesses (j’en ai des courbatures :p). De nombreux rendez-vous ont été pris, nous nous sommes retrouvés face à des personnes compétentes et compréhensives, les nuits blanches se sont accumulées, puis les nuits hachées ont pris la suite avec l’arrivée de notre 2ème fille, Azilis ❤ (mais ça, c'est quand même vachement plus sympa).

Le soutien indéfectible de nos familles et des gens qui nous suivent ont été un moteur incroyable, nous avons tel le roseau, plié mais pas cassé (Ronan dit que ce n’est pas le roseau mais le bambou, je propose un combat dans du fromage fondu pour nous départager, qu’en pensez-vous ?), l’expérience de la vie et de la gestion de la boutique pendant le voyage nous a été un entraînement très formateur. Sans vouloir en rajouter, c’est notre famille qui aurait pu imploser, mais l’amour et la communication nous ont permis de nous en relever (et l’apéro :p).

Mais alors, la yourte tout ça ?

Après ces 13 mois de voyage, nous étions épuisés et l’envie de se poser a été très très forte, le truc qui m’a le plus marqué était ce grand froid que nous ressentions à l’intérieur, notre facture de chauffage a d’ailleurs explosé cet hiver là ^^’
Mais pas forcément dans une maison en dure, nous rêvions de yourte ❤ Nous avons rencontré les fabricants de La Frênaie, et nous nous sommes mis a concocter de nouveaux projets. Nous voulions créer des ateliers autour du portage, des signes bébé, du maternage, de l’écoute parentale, tout ça dans une 2ème yourte. Nous avions même trouvé un endroit où nous poser ainsi que des professionnels dans ces disciplines, la Charente Maritime regorge de personnes merveilleuses au niveau du maternage ❤

Et comme la vie sait choisir pour nous, ce projet n’a pas pu aller au bout, nous ne sommes pas tristes, ce n’est certainement pas le moment pour ça, peut être dans quelques années.

De là, les idées ont fusées, les projets avortés car non réalisables (ou complètement dingues), les envies qui finalement disparaissent la nuit passée, des hauts et des bas, comme je vous le disais.

Le dernier en date, qui ne date pas tant que ça, était de vendre le camping-car et de voyager en avion, en prenant des locations sur place, nous rêvions d’aller en Suède. Renseignements pris, le budget ne nous permettait pas d’aller au bout de ce projet (entre 1500€ et 5000€ pour un mois de Airbnb vers Stockholm, un peu tendu, surtout quand on rajoute la location d’une voiture sur place et les billets d’avion).

Et puis comme souvent, on s’éloigne de notre idée de base, et nous y revenons (et heureusement que je n’ai pas fais un article à chaque fois que j’avais une idée, je vous aurais fais peur).

C’est bien mignon de clamer haut et fort qu’il faut vivre ses rêves, se sortir les doigts et se donner les moyens de ses ambitions, mais il faut le faire ! Nous rêvons de bus, d’un bus aménagé par nos soins (je bave devant Pinterest, c’est le mal). Notre dernière escapade en famille, avec notre camping-car, nous a bien montré (et dans la douleur, sinon c’est pas drôle), qu’il était trop petit pour nous 4, même en étant minimalistes et organisés, l’ambiance finissait par être électrique, voire vraiment mauvaise.

Et l’envie de bouger est trop forte, les Kangooroules doivent rouler, c’est notre oxygène, notre bulle de bonheur, nous voulons revenir sur les routes et diffuser largement le portage, le maternage et le voyage en famille !

Il va maintenant falloir avancer !

Voici nos objectifs :

* Acheter une voiture (fait ! Je vais pouvoir rouler, cheveux aux vents !)
* Réparer le camping-car pour pouvoir le vendre (et savoir combien les réparations vont nous coûter aie aie aie)
* Que Ronan passe son permis poids lourd (tut tuuuuut)
* Acheter un bus (ouihihihi !)
* Trouver l’endroit pour le bricoler (un hangar dans le coin ?)
* Voyager, mais différemment de la première fois 😉 En donnant des rdv, en participant à des évènements et en allant découvrir ce qui se passe chez nos voisins !

Petite liste, gros défis (youpi !), on aura peut être besoin d’un petit coup de pouce de votre part, si j’arrive à dépasser mes peurs, je lance un projet de crowfunding, pour aider au financement de ce bus du maternage et du portage ! Vous avez envie de nous aider ? Vous avez des envies pour ce nouveau projet ? On vous écoute !!

Allez je vous laisse, rdv avec le comptable demain, j’ai mal d’avance :p

Julie

Dans la famille Kangooroule, avoir des objets du quotidien qui soient réutilisables, c’est très important. On sait de plus en plus que réutiliser les bouteilles en plastique du commerce peut s’avérer à terme mauvais pour la santé.

Et acheter pour jeter, ça ne nous dit rien du tout.

Mais voilà, nous avons des enfants, autant pour la plus petite qui est allaitée on ne se pose pas de question, autant pour la grande, ce fut une autre paire de manche.

Nous avons acheté notre première gourde pendant notre tour de France, une Camelbak, rose. Elle a beaucoup servi, Enorha l’a emmené partout. Mais au fil du temps, des saletés sont apparues dans le morceau de plastique par lequel elle buvait et ça se nettoie assez difficilement.

Tendre vers le zéro déchet est un défi que nous nous sommes donnés, d’abord dans le camping-car (un peu par obligation), puis dans notre petite maison, où nous sommes maintenant depuis 1 an.

Je cherchais donc une gourde qui soit jolie, pratique, solide (hyper important !), fun, pour l’ajouter à nos produits de la boutique (et l’utiliser).

Un beau matin (ou peut être une nuiiiit), la gourde Gobi est apparue dans mes publicités Facebook, je suis allée voir, me suis renseignée et j’ai adoré !

Les gourdes Gobi sont fabriquées et assemblées en France, dans le Val de Marne, dans un ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail).

Parlons de sa conception, 4 mois de recherches et de tests avec la société Mu ont été utiles pour que Gobilab identifie les enjeux environnementaux et sanitaires, pour garantir une fabrication qui respecte au maximum l’environnement.

Gobilab a suivi les recommandations d’entretien de Proj&eau, pour que cela reste hygiénique, tout en évitant de trop consommer d’eau.

Il a été décidé que l’emballage serait minimaliste (un sachet en papier) pour les achats par internet, c’est aussi comme ça que vous le recevrez en la commandant chez nous ;)).

Sans BPA, ni PET ou polycarbonate, sans perturbateur endocrinien, réutilisable pendant plusieurs années (un investissement très intéressant donc).

Le choix du plastique était très important, Gobilab s’est appuyé sur :

  • les ingénieurs du département R&D du Pôle Européen de la Plasturgie,
  • une Docteur en pharmacie spécialisée sur les questions de sécurité sanitaire des matériaux plastique
  • et un laboratoire de tests spécialisé sur les enjeux sanitaires de l’eau par rapport à un contenant

Rien que ça oui, ce qui prouve bien que sa conception a été pensée et validée pour que nous soyons pleinement satisfaits !

wp-image-258366502.jpeg

Pour ma part j’aime :

  • qu’elle soit transparente, ça me permet de voir que l’eau que je vais boire est propre (mon petit côté parano :p).
  • Elle est légère (200g pour la grande et 123g pour la petite) et a un format facile à mettre dans un sac (entre 22 et 18 cm).
  • Très simple d’utilisation, un bouchon a dévisser, un goulot large, ma fille approuve !
  • Elle ne ressemble a aucune autre et elle est personnalisable grâce au tag (la partie coloré en bas de la gourde) dans lequel on peut glisser une Gobicarte.
  • L’anse est facile à attraper, même pour les petites et grande mains, et en plus c’est élégant !
  • 2 formats, la Gobi avec une contenance de 40cl et une MiniGobi de 25cl

La saviez-vous ?

Afin de vous aider à trouver de l’eau un peu partout, Gobilab est en train de créer une application qui permettra de cartographier tous les endroits où vous pourrez remplir votre Gobi !

Vous voulez aussi votre Gobi ?

Elles sont ici !

Et comme chez Kangooroule, nous pensons à vous (tout le temps, même quand on dort :), nous vous proposons une très jolie offre ❤ Pour tout achat d’un sac et d’une gourde (n’importe quel sac et n’importe quel format de gourde), une remise de 10% vous sera offert !

Offre valable jusqu’au 10/09/17 minuit !!

Et il y a un concours sur la page pour en gagner deux 🎉🎊👌