Les Portraits

De kilomètres en paysages,de routes en réflexions

Voici ce que j’ai écouté pendant l’écriture de cet article, si vous voulez vous mettre dans l’ambiance 😉 I’ll be waiting

P1030063

Voilà maintenant 9 mois que nous roulons, tout droit ou bien de temps en temps de travers, enfin d’aller au bout de certains rêves.

9 mois. Le temps de faire un bébé, que l’envie laisse place à la réalité, que le ventre s’arrondisse, qu’il prenne de plus en plus de place et qu’enfin la rencontre, avec lui et avec nous-même, ai enfin lieu.

9 mois que nous voyageons, sur les routes de France mais aussi à l’intérieur de nous même. Nous nous découvrons, qui a l’extrême chance comme nous de pouvoir vivre 24h/24 en famille, de faire réellement connaissance avec l’autre ? Et bien sûr de faire connaissance avec nous même.

D’une vie « facile » en région parisienne, avec les horaires en 3×8 de Ronan, qui nous permettaient d’apprécier les moments passés ensemble et de finalement peu se disputer, nous sommes passés à un huit clos.

Notre fille n’avait pas 2 ans lors de notre départ, une petite fille facile à vivre, son seul point noir (si je puis dire) était son sommeil extrêmement difficile à appréhender pour nous.

Elle a fêté ses 2 ans dans le camping car, et nous découvrons une enfant pleine de vie, de joie, qui aime chanter à tue tête avec sa guitare, qui court partout, saute, rigole, nous fait rire aux éclats et nous fâchent de temps en temps.

Il a fallu composer, faire preuve d’empathie et de bienveillance, envers nous même tout d’abord. S’adapter, appréhender ce nouvel espace, cette nouvelle intimité (pensée à la dame anglaise qui hier est sortie des toilettes de son camping car en petite culotte, et oui il faut aussi s’habituer à ça :p).

Il a fallu s’inspirer de notre enfant pour apprécier tous les endroits où nous pouvions nous poser, même les plus moches, même les moins bien placés et les plus bruyants.

Et puis il nous a fallu apprendre à prendre notre temps. Chose extrêmement difficile pour moi qui courrait tout le temps, dans les transports, dans le centre de loisirs où je travaillais, après le temps, après tout.

Au début du voyage nous avions envie de tout voir, ben oui quand même, on ne va pas en faire 2 de tours de France ! (finalement peut être que si, ça nous trotte un peu dans la tête).

Alors la route est devenue oppressante, étouffante, inévitable. Tous les jours changer d’endroit, rouler 1h voire 2h.

9 mois et 16000 kilomètres.

9 mois et plus de pauses, de moments calmes, de sensations, de réflexions, de promenades sans pression, de colis préparés en musique tout en remuant notre popotin, de jeux avec Enorha, d’endroits qu’on ne voudrait plus quitter, de vacances avec des amis et en famille, des photos, des vidéos et une immense envie de continuer !

9 mois pour passer à une autre vision du voyage, tout en douceur, nous laisser le temps d’évoluer, par nous-même. 9 mois pour s’aimer d’avantage et se dire qu’il ne nous reste « que » 12 mois de voyage.

Voici les photos de Brioude, Aurillac, Issoire, Le Rouget, Thiézac, le viaduc de Garabit et d’Aubusson 🙂

A bientôt !

Julie

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « De kilomètres en paysages,de routes en réflexions »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s